Editorial

Il y a 10 ans, lorsque nous avons démarré nos activités avec Trabajo y Persona, on constatait dans le pays, non seulement une  méconnaissance de la valeur du travail,  mais une détérioration progressive des conditions de vie qui tendait  à être compensée par des aides d’assistance. Il est vrai qu’il existe des moments où il devient nécessaire de donner un poisson, mais si l’effort d’investir à enseigner à pêcher n’est pas entrepris, le développement humain intégral est impossible, de même que la construction d’une société prospère.

 Pour accéder à la prospérité il est indispensable d’intégrer “… education, accès à la santé et principalement travail, parce que dans le travail libre, créatif, participatif et solidaire, l’être humain exprime et accroît sa dignité.” (Pape François, EG 192).

 De même que ce serait limiter la liberté à notre bon vouloir, nous ne pouvons pas réduire le travail à faire uniquement ce qui nous plaît. Il y aura toujours une partie du travail qui nous déplaît, et cependant il reste libérateur. L’expérience de liberté dans le travail est l’expression absolue de ce que nous sommes en nous attachant à un projet qui nous motive, qui nous pousse à construire.

 Chacun de nous a cette grande possibilité de co-créer, d’intervenir dans la création et de construire un monde meilleur. La création est une évolution dans laquelle l’homme intervient, à travers son travail, pour créer des biens et services afin de construire un monde meilleur. Le travail est créatif lorsque je contribue à ce que quelque chose survienne, lorsque je m’oriente vers une expérience positive, vers le désir d’être utile.

 Dès ses débuts, Trabajo y Persona a également été une réalité participative et collaborative.  Parce que pour contribuer à la réalité, l’être humain est appelé à exercer le travail selon la logique la plus appropriée que le contexte exige: la relationnelle. Cette dernière consiste à toujours observer le visage de l’autre comme objectif final du travail, et à la collaboration responsable vis-à-vis des autres. C´est dans la participation que s’établit la collaboration.

 Finalement, si le travail est solidaire, surgissent de nouvelles formes d’offrir des opportunités pour que la personne puisse récupérer sa dignité. La manière de favoriser le travail chez les plus vulnérables peut varier : s’auto-employer, entreprendre ou rechercher le peu d’emplois  qui subsistent dans le pays. Il est essentiel que dans cette situation personne ne se sente isolé ; que chacun sache qu’il peut compter sur la solidarité de quelqu’un qui lui tende la main.

 Les résultats obtenus par Trabajo y Persona au cours de ces 10 premières années ont été possibles parce que nous disposons d’une équipe humaine et de sponsors qui se sont engagés à mettre en valeur le travail libre, créatif, participatif et solidaire. De cette manière ont été formées des personnes qui sont protagonistes de leur vie et jouent un rôle dans le mètre carré de réalité qui les concerne ; ainsi, le bien commun n’est plus un concept abstrait et devient une expérience concrète chez des personnes qui expriment et accroissent leur dignité.

 

Alejandro Marius

¡Trabajo y Persona a fêté ses 10 ans au service de la société vénézuélienne ! (I)

El 20 de febrero la asociación celebró su décimo aniversario con un encuentro denominado La Persona y su Trabajo, protagonista del bien común, cuyo objetivo fue compartir e intercambiar el significado del trabajo como componente de transformación del individuo en la sociedad. Se llevó a cabo en el salón Arturo Michelena del Hotel JW Marriott de Caracas, con la presencia de relacionados quienes a lo largo de estos 10 años han contribuido con la acción social de la organización. 

¡Trabajo y Persona a fêté ses 10 ans au service de la société vénézuélienne ! (II)

La cérémonie du dixième anniversaire a débuté par un message du Cardinal Baltasar Porras reconnaissant la valeur de Trabajo y Persona pour le Venezuela, suivi de l’intervention de l’Evêque de La Guaira, Raúl Biord, qui a approfondi le sens de la personne. Sont intervenus des participants exceptionnels qui ont ratifié la valeur du travail, parmi lesquels : Karin Granados, Elisa Vegas, Horacio Velutini, Juan Ignacio Aristeguieta et Valentina Quintero, ainsi que le modérateur Willy Mckey ; a également eu lieu une présentation spéciale de Aquiles Báez et l’ensemble B11, ainsi que la participation d’Entrepreneuses du Chocolat.  

Emprendedoras de la Belleza (Entrepreneuses de la Beauté) ont reçu une formation en soins de la peau.

Le 5 février, 11 diplômées de différents groupes d’Entrepreneuses de la Beauté ont suivi des cours destinés à connaître les types de peau et les soins correspondants. Elles ont par ailleurs reçu des conseils et instructions pour réaliser des masques de beauté à domicile, ainsi qu’une démonstration de soin du visage exécutée par l’esthéticienne Geraldine Flores.

Le premier groupe de Cuidadores 360 (Soigneurs/ses) a terminé ses cours.

Le 13 février, malgré les difficultés que connaît le pays, a eu lieu à Invecapi, à El Rosal, le dernier cours du premier groupe de diplomés Cuidadores 360 (Soigneurs/ses), projet exécuté avec la collaboration de Ford Motor de Venezuela et l’Université Centrale du Venezuela. Dans le but de promouvoir les soins sur soi-même, les 21 participants ont reçu des cours de : Soin et image, offerts par des volontaires de L’Oréal Venezuela ; utilisation de réseaux sociaux, donnés par Simón Pestana, et Postures et ergonomie, offerts par Osiris Comachia, participante du programme.

L’Equipe nationale de Trabajo y Persona s’est réunie à Caracas pendant une semaine

Dans le cadre du dixième anniversaire de Trabajo y Persona, tout le personnel des différentes régions du pays s’est réuni à Caracas du lundi 18 au vendredi 22 février, afin de réaliser différentes activités de travail et de formation, ainsi que des visites aux laboratoires alliés de Bitácora Cacao, Mantuano Chocolates et Cacao de Origen. Par ailleurs, un atelier interne dans la modalité de World Café s’est déroulé, offert à l’Impact Hub de Caracas par Luisa Elena Sucre.

La création du pensum du programme Entrepreneuriat du Chocolat a commencé

En vertu d’un accord entre l’Université des Andes, le professeur César Carbonara de Chocolates Cayré et Trabajo y Persona, le pensum d’étude de Diplômés en Entrepreneuriat du Chocolat, qui débutera en mai, a commencé à être organisé. Ce programme est inédit dans sa modalité, car il incorpore dans sa structure le meilleur de l’art et du métier de chocolatier, outre l’académie et les outils d’administration pour exercer ce métier.            

- Les diplômées  de Emprendedoras del Chocolate (Entrepreneuses du Chocolat) Haydée Villegas, María Pineda, Leila Mendoza, Janeth Rivera et Geraldine Melo ont participé à l’événement anniversaire La Persona y su Trabajo, protagonista del bien común (La Personne et son Travail, principal acteur du bien commun), réalisé à l’Hôtel JW Marriott de Caracas, au cours duquel elles ont offert leurs produits de dégustation et expliqué aux invités l’élaboration des produits et leur expérience comme entrepreneuses.

- Edwin Ortiz, diplômé du 4ème groupe de Conduciendo Tu Futuro (Conduisant ton Futur) a obtenu une bourse de 100% afin de continuer le 5ème trimestre de Technologie Automotrice à l’Institut Universitaire de Technologie Industrielle (IUTI) de San Cristóbal.

En français: Las Buenas Noticias de “Trabajo y Persona” – Février 2019
Etiquetado en: