La Fête du Travail a marqué le début d’un mois riche en activités, ainsi que décrit dans ce bulletin. Ceci semblerait ”normal” dans un pays avec des conditions de vie “normales”, cependant la particularité est que tout survient dans un pays qui vit dans des circonstances dramatiques très bien exposées par d’autres medias.

L’existence de ces activités et d’autres initiatives  sociales représente un véritable miracle au Venezuela d’aujourd’hui. Nous pourrions terminer ici, commencer à lire les informations et l’Editorial aurait  rempli sa fonction d’introduction. Cependant, je ne cesse de réflechir  sur l’origine de notre consistance humaine dans une ambiance aussi hostile. Notre travail, hors de mesure par rapport à l’énormité  du problème, est-il suffisant pour résister dans une attitude qui maintienne la foi et alimente l’espoir ?

Existe-t-il quelque chose qui résiste à la force du temps ? se demandait récemment Julián Carrón et je le ressens non seulement comme un défi personnel, mais pour tous ceux qui travaillons dans une oeuvre sociale ainsi que pour ceux qui doivent vivre des temps aussi complexes et dramatiques au Venezuela. Au delà du fait d’exister, quel est le paramètre pour mesurer notre niveau de résistance dans des temps aussi turbulents ?

« il y a quelque chose qui ne pouvait pas exister parce que nous n’y avions jamais pensé, nous ne pouvions pas y penser et cette chose est là » disait Don Giussani, en faisant référence à l’évidence des choses, à ce qui se passe. Lors de mes voyages au Monasterio Trapense de Humocaro (Monastère Trappiste de Humocaro), lorsque je passais par El Tocuyo, j’étais loin de m’imaginer que j’y  reviendrais à l’occasion de la remise de diplômes à un groupe d’entrepreneuses en gastronomie dans cette ville ; de la même manière, pour beaucoup de choses qui se passent dans le pays, personne ne pouvait les prévoir il y a moins d’un an. Il est donc indispensable de continuer à planifier nos projets, mettant tout notre effort pour réaliser ce qui nous incombe et que la situation s’améliore, mais il est également important de prendre en compte qu’il peut toujours y avoir un « imprévu » qui soit pareil ou plus puissant que notre meilleur effort et scénario.

« Un imprévu / est l’unique  espoir » a écrit le poète italien Eugenio Montale, et je voudrais vous inviter à regarder notre expérience pour voir combien de faits de cette nature nous ont marqués pour toujours et changés de manière positive ; c’est seulement de cette manière que nous pourrons commencer à entrevoir d’où peut venir quelque chose, ou Quelqu’un, qui nous aide à  combattre une réalité aussi complexe.

Alejandro Marius

Emprendedoras Gastronómicas de El Tocuyo (Entrepreneuses Gastronomiques de El Tocuyo) ont présenté leurs projets d’entreprises

Le 8 mai, les 14 participantes du 1er groupe d’Entrepreneuses Gastronomiques de El Tocuyo ont réalisé la présentation des plats, en utilisant les techniques apprises durant leur formation et préparés avec des produits de la zone ; durant cette activité, le jury d’évaluation était composé de : la soeur Rafaela Pérez, le chef Sergio Arango, le professeur William Álvarez, le père Jesús Martínez et Madame Marcellis Yépez. De la même manière, le 15 mai elles ont exposé leurs plans d’entreprises, comme possibles entrepreneuriats.

L’expérience de Trabajo y Persona a été entendue au Mexique

Le 8 mai, le Mexique a reçu le fondateur de Trabajo y Persona, Alejandro Marius, pour assister à la rencontre : Educar protagonistas del bien común en Venezuela (Former des protagonistes du bien commun au Venezuela), au cours de laquelle Marius a décrit l’expérience de l’ONG, accompagnée de témoignages de diplômés, lesquels, avec leurs histoires d’entrepreneuriat, ont démontré qu’il est possible de travailler et continuer à construire au Venezuela.

Le Mexique a réuni des Leaders Responsables en Amérique Latine

Le fondateur de Trabajo y Persona, Alejandro Marius, a assisté au forum Leaders Responsables d’Amérique Latine, réalisé du 9 au 12 mai par la Fondation BMW, qui a réuni au Mexique des leaders inspirateurs et innovateurs de différents secteurs de la société, pays et régions, dans le but de promouvoir l’échange d’idées et le dialogue sur des politiques de développement qui favorisent toute la population.  Il a également parlé de la situation vénézuélienne et des initiatives que cette ONG mène conjointement avec différents alliés dans tout le pays.

Formation de Formateurs poursuit l’actualisation professionnelle

Du 13 au 17 mai a eu lieu, au siège de L’Oréal Venezuela, la 5ème Rencontre de Formation de Formateurs, activité orientée à renforcer, actualiser et renouveler les connaissances en colorimétrie de 17 instructeurs dans le domaine de la coiffure, appartenant au réseau CECAL du pays. Des volontaires de l’Oréal ont participé à cette rencontre, entre autres : Verónica Herrera, Diana Gómez et Prima Maye, ainsi que le grand spécialiste Vito Giorgio,  fondateur de Salones Vaness.

Emprendedoras del Chocolate de Barquisimeto (Entrepreneuses du Chocolat de Barquisimeto) ont présenté leurs plans d’entreprises

Le 14 mai, les diplômées du premier cours de courte durée de Bombonería Artesanal de Barquisimeto (Bonbons Artisanaux de Chocolat de Barquisimeto), ont terminé la Formación de Plan de Empresa (Formation de Plan d’Entreprise), réalisée au Collège María Auxiliadora. Ce cours, au delà des classes, inclut des conférences d’entrepreneuses expérimentées telles que Zaida Pinto, de Garua de Cacao (Pluie légère de Cacao) et Beatriz Peña, de Patilla Shops (Pastèque Shops), qui ont échangé des conseils pour débuter dans cette activité. Finalement, les diplômées ont présenté leurs plans à un jury formé par la maîtresse chocolatière Zaida Pinto et la journaliste et conseillère María de Jesús Arce. 

El Tocuyo a de nouvelles Entrepreneuses Gastronomiques

Le 20 mai a eu lieu la remise de diplômes du 1er groupe de Emprendedoras Gastronómicas de El Tocuyo. Celle-ci s’est réalisée à l’Hôtel Boutique Santo Domingo, avec la présence de la soeur Rafaela Pérez, du prêtre Jesús Martínez, du chef Sergio Arango, de la Directrice de Relations Publiques et de Responsabilité Sociale de Ford Motor de Venezuela, Patricia Fuentes et du fondateur de Trabajo y Persona, Alejandro Marius.

Ce projet qui a formé 14   entrepreneuses de la zone, est mené en Alliance avec Ford Motor de Venezuela, Fogones y Bandera (Fourneaux et Drapeau) et l’Association Vénézuélienne d’Education Catholique (AVEC).

Emprendedoras del Chocolate de Guatire (Entrepreneuses du Chocolat de Guatire) ont également présenté leurs plans d’entreprises

Le 21 mai, 18 femmes du 1er groupe d’Entrepeneuses du Chocolat de Guatire, du projet Venezuela Tierra de Cacao (Venezuela Terre de Cacao), ont présenté leur proposition d’entrepreneuriat à un jury composé par la maîtresse chocolatière et diplômée de Trabajo y Persona Marifé Mata, également de représentants du CECAL Santa María Goretti et de Trabajo y Persona. Quelques entrepreneuses offrirent des échantillons de leurs produits.

Le premier cours de Emprendedoras del Chocolate a démarré dans la ville de Carúpano

Le 27 mai a démarré dans la Maison de la Charité Santa Ana de Carúpano, Etat de Sucre, le programme Entrepreneuses du Chocolat, dans le cadre du projet Venezuela Terre de Cacao. Ce nouveau groupe comprend 20 femmes appartenant à la zone, qui d’une façon ou d’une autre sont concernées par le cacao vénézuélien. Les différents sponsors ont assisté à cette inauguration et ont mis en valeur l’entrepreneuriat dans le pays.

Première rencontre entre l’équipe d’Accompagnement de Trabajo y Persona et Cuidadores 360

Le 29 mai a eu lieu dans les bureaux de Trabajo y Persona la présentation officielle du service d’Accompagnement, avec la conférence de Katiuska Huérfano et Carlos Monsalve aux diplômés du 1er groupe d’Aides-soignants de l’Adulte Majeur (Cuidadores 360), dans le but de faire connaître les objectifs, fonctions et méthodologie de cette unité.

Guatire dispose de nouvelles Entrepreneuses du Chocolat

Le 30 mai, dans le Centre d’Education Artistique Andrés Eloy Blanco de Guatire, a eu lieu la remise de diplômes à 18 femmes appartenant au 1er groupe d’Entrepreneuses du Chocolat de la zone, dans le cadre du projet Venezuela Terre de Cacao. Ont participé des représentants de la Chambre Vénézolano-Italienne, de la Chambre de Commerce, Industrie et Agriculture Franco-Vénézuélienne, le Directeur du CECAL Santa María Goretti, le curé de Santa Cruz de Pacairigua et Trabajo y Persona.

-Les diplômées d’Entrepreneuses de la Beauté Yomeirmy Hernández et Osiris Cornacchia ont participé à l’Atelier principes d’économie pour non économistes, réalisé par KPMG. Cette formation leur a permis de connaître des termes et príncipes économiques qui peuvent être appliqués pour comprendre l’économie dans le contexte actuel.

-La diplômée du premier groupe d’Entrepreneuses du Chocolat du projet Venezuela Terre de Cacao de Petare, Rusmary Betancourt, a démarré des stages à Bitácora Cacao pour apprendre le processus du Bean to Bar ; de cette manière se poursuit l’alliancee entre les deux institutions.

-Sonia Arias et Olga Martínez, Entrepreneuses du Chocolat, diplômées du projet Venezuela Terre de cacao, ont participé à la Dégustation de chocolat  avec impact  social réalisée par la Chambre de Commerce, Industie et Agriculture Franco-Vénézuélienne. Elles ont offert de délicieux produits élaborés avec de la matière première de Chocolats Franceschi.

-Les Entrepreneuses du Chocolat de Barquisimeto, Dolores Gómez, Mary Alvarado, María Teresa Colmenárez et Dorline Gómez, ont participé à l’Atelier de base sur le coût, dicté par KPMG le 16 mai. Ce cours leur a permis d’apprendre la description de coûts primaires et coûts de production, frais administratifs et vente.

Traduction Martha Bouley

En français: Las Buenas Noticias de «Trabajo y Persona» – Mai 2019